L’entretien des porte-plumes 9


 

Cette semaine a apporté ses premiers frimas et la fine pellicule de neige qui s’est déposée sur notre campagne mercredi nous annonce que l’hiver arrive.

Mais qu’il soit rigoureux ou doux, nos porte-plumes (entendre « oiseaux »), que nous avons tant de plaisir à voir voler et entendre chanter dans nos jardins, n’en souffrent pas moins…

Si nos précieux volatiles savent se préserver du froid grâce à leur plumage et en se trouvant un petit abri où se protéger du vent, il n’en va pas de même pour la nourriture !

Sol gelé, insectes bien cachés, graines rares… tout cela ne favorise pas la survie de ces petites boules de plumes.

 oisillons

 

Alors faisons vibrer notre fibre écologique pour leur venir, très facilement, en aide.

 

 

Pourquoi leur donner à manger ?

Nos amis ailés perdent environ 10% de leur poids en 1 nuit !

En effet, pour se protéger du froid, ils gonflent leurs plumes qui servent de « doudoune » en maintenant la chaleur du corps prisonnière entre elles. Mais cela leur coûte beaucoup en calories.

 

Que peut-on leur donner à manger ?

En fonction de l’espèce, ces petits gourmets ont leur préférence !

Mais bon, nos jardins ne sont pas non plus des restaurants gastronomiques…

C’est simple, dans le commerce sont vendus des mélanges de graines pour « oiseaux du ciel » (maïs, froment, avoine, millet, tournesol…). Le riz cuit est également fort apprécié.

N’oublions pas les miettes de pain (attention, pas de gros bouts de pain : risques d’étouffement ou d’attaques de prédateurs).

Un met de choix : un peu de matière grasse (margarine, saindoux, gras de jambon, bouts de fromage…). Là encore, pas de gros morceau et si possible pas ou peu salé.

Quelques pépins de pommes et poires, voire des morceaux de pomme, viendront compléter avantageusement le menu.

A ne pas oublier, surtout par temps de gel : une petite coupelle d’eau tiède (pourquoi pas plusieurs fois par jour). Il faut la servir dans un récipient relativement large et plat (type coupelle que l’on glisse sous les pots de fleurs) et pas plus de 2 cm de profond (pour éviter les noyades). Par temps de neige cette opération est inutile car les oiseaux la consomment en lieu et place de l’eau.

 

Quand leur donner à manger ?

Les avis sont partagés.

D’aucuns prétendent que l’apport d’aliments est possible toute l’année.

D’autres disent que cela n’incite pas les animaux à se débrouiller seuls… novembre à mars serait amplement suffisant.

Enfin, d’autres encore affirment que les oiseaux savent faire les bons choix : profiter de la nature quand elle offre le nécessaire et se rabattre sur les apports des hommes en hiver.

Chacun fera selon son cœur et ses envies.

 

Comment leur donner à manger ?

C’est une question qui paraît simple de prime abord… et pourtant !

Avant tout, il faut placer si possible des aliments en divers lieux (toujours les mêmes pour donner des habitudes et limiter l’épuisement lié à une recherche) afin d’éviter que les oiseaux ne se volent dans les plumes !

Certains oiseaux ont une préférence pour les aliments suspendus (dans des mangeoires fixées dans des arbres ou encore des boules de graisse en filet). D’autres préfèrent venir picorer au sol. Dans ce cas, il faut veiller à ne pas laisser les aliments en contact d’un sol humide et surtout être sûr que des chats ne rôdent pas dans les parages !!!

 

Et voilà !

Avec ces quelques conseils, les petits oisillons pris en photo dans ma haie de thuyas en juin viendront peut-être y pondre à leur tour l’an prochain…


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

9 commentaires sur “L’entretien des porte-plumes

  • Daniel SCHWARTZ

    Bonjour
    Je m’appelle Mowgli et je trouve cet article trés intéressant .
    Auriez vous l’obligeance de m’indiquer précisément où se trouvent ces adorables petites bêtes
    Bien à vous
    mowgli3

    • Murielle

      cher mowgli, cet article concerne nos chers amis porte plumes et non comment en faire sa gastronomie, désolé pour toi, l’alimentation du chat viendra peut-être dans un prochain article.

    • fetiquevincent

      Cher Mowgli
      Je constate que tu es un fin gourmet, je connais une bonne adresse au lotissement Victoria.Le soir de Noël présente toi devant la porte et un gentil Père Noël se fera un plaisir de te donner du saumon fumé et peut-être même du foie gras. Le plus chez ce Père Noël ,sont deux belles boules acquises le soir du Telethon avec lesquelles tu pourras jouer… Bon amusement, laisses les petits oiseaux vivrent leur vie et Joyeux Noël à toi Mowgli et à ta famille…

      • Daniel SCHWARTZ

        Cher ami(e),

        Je connais effectivement cette adresse. Son foie n’est pas si gras, mais compte tenu de ce qu’il mange et boit, j’ai bon espoir.
        Les boules du téléthon par contre étaient bonnes … un peu sèches mais bonnes.

        Bon j’aête là pace que mes giffes m’empêchent de tape su la lette R

        Je vous souhaite également un joyeux Noël

        Votre Mowgli

        mowgli3

  • Guyslaine

    Difficile de les nourrir dans mon jardin, c’est le territoire de Mowgli qui rôde à l’affût de la moindre petite boule de poils ou de plumes qui aura eu le malheur de s’y perdre !

  • Daniel SCHWARTZ

    Merci Jérôme pour ce bel article … Pourrais tu me dire si l’on peut mélanger avec le riz cuit une hormone quelconque qui parvienne à convaincre le Rossignol de ne pas chanter la nuit !

  • Martine

    Nous voilà bien renseignés sur l’art et la manière de nous occuper de ces jolies boules de plumes !
    Un article qui portera ses fruits, j’en suis sûre ! Bon appétit les petits oiseaux !!