Au chômage ? Essayez les coopératives d’entrepreneurs !


marche2

 

Marché, bricolage, logistique, restauration rapide, appel sortant, service à la personne, formation… Il est parfois judicieux de créer sa petite boîte.

 

brico

L’Auto Entreprise est une solution mais ce n’est pas la seule et ce n’est pas toujours la meilleure.

On a vu les points forts de l’Auto Entreprise (voir  l’article),  jetons un oeil sur ses points faibles.

Tout d’abord c’est avant tout une entreprise individuelle et vous voilà personnellement responsable des ennuis que vous créez ou des dettes que vous avez. Votre assurance ne couvre pas tout et, en cas de problème, on va chercher à saisir vos biens personnels … Il y a quelques protections envisageables mais limitées à l’insaisissabilité de votre bien immobilier.

Ensuite, en étant au régime des travailleurs non salariés vous devez quitter votre super sécu du régime local pour rejoindre le RSI (remboursement à 70%)  en payant un complément  de caisse complémentaire de plus de 50 €/mois et par personne à charge.

Et enfin,  votre chômage : Pôle Emploi maintient vos allocations sur votre période d’indemnisation tant que vos revenus sont inférieurs à 70%  de vos allocs  (en faisant un savant calcul de compensation).  
Et là c’est le hic : comme l’auto entrepreneur n’a ni salaire ni rémunération, son revenu est automatiquement calculé à partir de son chiffre d’affaire (30% du CA en négoce et 50% du CA en service ). Mais voilà, au démarrage, et malgré un chiffre d’affaire sympathique et donc un pseudo revenu calculé, il ne vous restera peut être rien, une fois payés l’assurance RCP, l’échéance du prêt, l’essence, la complémentaire, etc. Sans oublier le RSI qui vous demande une cotisation calculée uniquement sur votre chiffre d’affaire. Vous voilà parti dans la galère du démarrage, sans revenus réels et sans allocs.

 

Une alternative serait de créer une société (Eurl ou Sasu)

Coté risque, il est porté en premier lieu par votre société, tant mieux.
Coté allocs, vous voilà avec un salaire ou une rémunération. C’est vous qui décidez de son montant et s’il est nul, vos allocations sont maintenues et vous constituez votre trésorerie. Mais créer une société, seulement pour tester votre activité c’est peut être prendre un marteau pilon pour écraser une mouche :  des papiers, des démarches, 1 000 à 1 500 Euros pour créer sa société (et le cas échéant autant pour la fermer si ça coince) plus 1 000 Euros par an pour votre comptable.

 

Mais si votre souhait n’est que de lancer une petite activité et de voir si ça marche… 

C’est là que les coopératives d’entrepreneurs interviennent. Elles sont subventionnées pour partie par la Région et peuvent être une solution pour votre démarrage. 

Prenez rendez vous avec celle de Forbach, et si affinités vous commencerez par une période d’appui (limitée à 2 ans).

Pendant cette période,  

– Vous conservez l’intégralité vos allocations de chômage (dans la limite de votre période d’indemnisation),  vous ne créez pas d’entreprise, vos factures seront émises par la Coopérative qui met de coté vos recettes, s’il en reste,  après remboursement de vos frais.
– Une fois votre démarrage réalisé, vous devenez entrepreneur salarié par la Coopérative qui s’occupe de l’ensemble de vos cotisations sociales (votre salaire est calculé en rapport avec votre chiffre d’affaire).

Coopérative = Mutualisation 

Vous bénéficierez de prix mutualisés pour votre RCP ou votre assurance décennale … Votre comptabilité est prise en charge par la coopérative qui vous apporte ses services en matière de juridique, facturation ou recouvrement de créances.

 

Mais il ne faut pas rêver, il y a des contreparties et des faiblesses

Tout d’abord la coopérative ponctionne 10% de votre chiffre d’affaire pour son fonctionnement.
Ensuite, une fois entrepreneur salarié, 40 % de votre bénéfice (une fois votre salaire versé) est mis en pot commun avec les autres salariés (une moitié en réserve financière, l’autre en prime de participation pour tous les entrepreneurs). 

Ensuite la Coopérative n’est pas un self service de ressources et de conseil dans lequel vous puisez … A Forbach il n’y a que 4 personnes chargées d’appuyer la centaine d’entrepreneurs salariés de la coopérative.

Mais bon, vous ne démarrez pas seul, vous ne vous occupez que de faire votre chiffre, vous restez un salarié (avec régime local et cotisation chomage) :  il y a franchement une ouverture du coté de la Coopérative. 

 

 

Gardening 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *